DOSSIER: le bonheur de croire

Bonheur et Foi

Interview de Françoise Van Thienen par Brigitte Dayez

Qu’est ce que le bonheur pour toi ?

C’est quand je peux me dire que j’ai tenté de correspondre à ce que Dieu attend de moi. C’est plutôt un état d’esprit que des réalisations concrètes.

Qu’est ce que la Foi pour toi ?

C’est un bonheur, celui de rencontrer quelqu’un qui est vivant aujourd’hui, qui attend quelque chose de moi, que j’ai rendu heureux parce que j’ai essayé de correspondre à ses attentes. Mais pouvons-nous rendre Dieu heureux ? Le bonheur de Dieu dépend-il de nous ? Oui, j’ose le croire parce que je fais foi en ce qu’il dit lui-même.

Est-ce qu’il nous dit quelque chose de son bonheur ?

La parabole de l’enfant prodigue le montre. C’est une vraie révélation. « Je me tiens derrière la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et qu’il m’ouvre, j’entrerai chez lui, et nous prendrons notre repas ensemble. » Cela suppose une attente de sa part. C’est surprenant. Mon bonheur, c’est entrer dans cet état d’esprit, dans cette invitation.

Tu vois donc un lien entre le christianisme et le bonheur ?

Oui, souvent dans les psaumes, on parle de bonheur. C’est un cri des hommes de l’Ancien Testament, mais c’est un cri éternel. Il est repris dans le Nouveau Testament. Encore plus ! Les Béatitudes signifient bonheur.

Heureux ceux qui … Jésus est le premier à les vivre. C’est donc de son expérience personnelle qu’il parle.

Il nous a aimés, jusqu’à donner sa vie. Nous sommes visés par Jésus, comme lui est passionné par son père. Il ne nous a jamais lâchés, il n’a jamais lâché son père, dans les circonstances terribles qu’il a vécues et devant la mort. C’est là une preuve énorme de sa fidélité. Jésus est heureux et nous invite à le suivre, car c’est là un chemin qui conduit au bonheur.

Ceci est aussi mon horizon, quand je m’arrête et réfléchis. Mais je reste modeste, je suis seulement en chemin vers… Jésus dit : « Je suis seulement en chemin vers… Jésus dit : « Je suis le chemin ». Il nous accompagne sur ce trajet là. Il dit cela, et il le fait.

Ce que la publicité promet est tentant pour certains, mais pas pour moi. Je n’éprouve aucun besoin des biens dont parle la publicité. Mais si, d’aventure, mon chemin passe par ces biens tant vantés par les médias, je les reçois. Mais là n’est pas ma recherche. Je pense à ceux qui présentent leurs bienfaits avec tant d’insistance avec compréhension et sympathie, mais leur manière de s’imposer aboutit au fait qu’on ne les écoute plus vraiment.

Ce n’est pas la réussite de nos projets qui nous rend heureux, mais l’intention, le chemin vers…

Même quand on s’est trompé ou qu’on n’a pas répondu à l’attente de Dieu, on reste aimés. L’amour de Dieu passe au dessus de nos fautes. Il nous libère des sentiments négatifs entraînés par la faute.

Si c’est ainsi, alors je dis amen à l’existence, et paisiblement je juge que la vie est magnifique, puisque rien ne peut nous séparer de Dieu. Jamais Jésus ne cessera de nous aimer ! Pour dire tout cela, j’ai du faire un long chemin, partir d’une foi théorique et basée sur un contenu idéologique au même titre que tous les mots en « isme », comme nazisme, communisme, des années 40 à 90, pour arriver à dire que ma foi est une rencontre personnelle avec Dieu. Cette découverte a été amenée par les différentes circonstances de ma vie comme les profondes rencontres vécues dans mon mariage et les enfants nés de celui-ci.

Ces personnes n’ont permis de passer d’une religion théorique à l’expérience d’une rencontre avec le Christ.

Rencontrer les autres est de la même nature que rencontrer l’homme Jésus. Après sa résurrection, il dit à ses apôtres : « Partez en Galilée, c’est là que vous me verrez ».

Jésus est donc présent parmi les hommes actuellement. Donc rencontrer l’homme, c’est le chemin pour le rencontrer Lui.

Travailler avec Jésus, c’est déjà le bonheur !

Archive: 
Pas archivé