SPIRITUALITE

Une double vie

Par André SEVE

Il faut se méfier de la double vie, grande tentation des chrétiens. Quelle double vie ?

Eh bien, premièrement, on vit dans un pays, une ville, une profession, une famille. On vit cela comme tout le monde, ne songeant guère à changer quoi que ce soit dans les structures ou les évolutions. On dit très vite : « ça me dépasse ».

Deuxièmement, nous méditons l’Evangile pour notre vie personnelle, nous allons à la messe, nous cultivons ce qu’on appelle une « vie intérieure », nous pensons avoir de bonnes relations avec Dieu.

Vu de cette façon, l’Evangile est mis au service du conservatisme des situations établies. Pourvu que moi je me sente bien avec Dieu, qu’importe ce qui se passe dans mon quartier ou aux Philippines ? On maintient l’Evangile loin de ce qui, collectivement, change ou devrait changer.

Menez-vous une double vie ? Le diagnostic est relativement facile. Si vous ouvrez de grands yeux ou si vous vous fâchez quand on affirme que l’Evangile a un impact socio-politique, vous menez probablement une double vie. Vous ne vivez avec Jésus-Christ que les événements de votre vie personnelle. Vous n’arrivez pas à penser que l’Evangile ait son mot à dire dès que les hommes subissent ou inventent une situation collective. Le Seigneur de votre vie fervente n’est pas le Seigneur des rues, des usines, des multinationales et des régimes politiques.

Et pourtant, Jésus-Christ ressuscité ne veut pas seulement changer notre cœur mais le monde.

Archive: 
Pas archivé