SPIRITUALITE

Jésus invitait au bonheur

Jacques VALLERY, d’après J.F. SIX, Les Béatitudes selon St Matthieu

Jésus invitait à oser croire que Dieu est tendresse et bonheur, en lui-même et pour toutes et tous. Il invitait chacun à être pauvre de cœur, à avoir les mains ouvertes, à ne pas s'épuiser dans la recherche de la première place; il invitait à se dire que l'on n'est jamais arrivé et ainsi à être jeune aujourd'hui et l'être encore demain.
Il invitait à être doux, à être à ce point fort que l'on s'en fiche d'être berné par ceux qui se croient les plus forts, à être tendre envers autrui comme envers soi -même.
Il invitait à savoir pleurer, à se laisser être atteint, à avoir un cœur vulnérable comme le cœur de Dieu même, à clamer d'horreur devant les innocents qu'on assassine. à crier comme un fou, en prophète et en vivant, devant le mal, la souffrance et la mort.
Il invitait à avoir faim et soif de justice, à inventer avec autrui de justes relations, à communiquer avec naturel et plaisir, à avoir la passion du dialogue avec autrui comme avec Dieu, à vivre ceci qu'il est juste d’être en gratitude envers tous ceux qu'on rencontre car on reçoit toujours d'autrui.
Il invitait à la tendresse, à avoir un cœur qui ne craint pas d'aimer ni de se laisser aimer, qui laisse le passé au passé, qui oublie les blessures jadis reçues et donne à l'oppresseur une nouvelle chance aujourd'hui : et peut-être alors, une amitié nouvelle va-t-elle ressusciter entre eux.
Il invitait à avoir un cœur tout net auprès de qui autrui trouve fraîcheur et respiration, un cœur qui ne perd pas son temps à moraliser, qui ose dire l'élan d'affections qu'il sent jaillir en lui.
Il invitait à lutter pour la paix, à la créer jour après jour, à agir en étant soi-même désarmé, à transformer en liens vrais les inimitiés les plus nouées et les oppositions les plus tordues.
Jésus invitait au bonheur.

Archive: 
Pas archivé