LU POUR VOUS

Eric Faye, Nagasaki, Editions

Par Marie-Pierre JADIN

Le récit commence un peu à la manière d’un conte fantastique : Monsieur Shimara pense que des objets disparaissent chez lui, ou bougent de place à son insu, alors qu’il est au travail ou durant la nuit. Il n’y attache pas trop d’importance ; après tout, peut-être est-ce lui qui avait mal rangé cette bouteille, mal compté les pots de yaourt dans le frigo ?

Mais de plus en plus l’impression se confirme, au point de lui faire placer une caméra dans sa cuisine : il pourra alors surveiller les allées et venues dans sa maison depuis son lieu de travail…

Et là, il voit : quelqu’un est chez lui lorsqu’il n’y est pas. Réchauffe de l’eau pour le thé, se prépare du riz, mange du yaourt…

La police, prévenue, a tôt fait de mettre la main sur l’intruse. En fait, elle vivait chez lui, à son insu, depuis près d’un an ! Elle s’est installée dans le placard d’une chambre inoccupée, et ne descend au rez-de-chaussée que lorsqu’elle est sûre qu’il est parti.

Nous changeons alors de point de vue narratif : c’est maintenant cette femme qui a la parole, et nous voilà dans la peau d’une SDF, dont le parcours, depuis la perte de ses parents à l’âge de 16 ans, n’a cessé de se déliter, jusqu’à en arriver à la perte de ses droits au chômage et le besoin de se trouver un toit en toute illégalité !

Eric Faye, peu connu du grand public, écrit de courts récits et des nouvelles emplis d’une grande humanité, d’une grande empathie pour ses semblables. Avec une économie de moyens (pas de grandes phrases, pas de textes d’une longueur démesurée), il nous donne à voir un homme parmi ses semblables, pris dans la tourmente de sa propre vie, comme dans celle de la grande Histoire. A ce propos, ce n’est pas pour rien que le livre s’intitule Nagasaki. La fin du livre surprendra...

Archive: 
Archivé

Thématique: